Bandja Sy incertain contre Pau-Lacq-Orthez

Bandja Sy

Bandja Sy (crédit: Obuzzer)

L’ailier de l’Asvel souffre d’une entorse à la cheville gauche contractée dimanche dernier en finale de la Leaders Cup…

A l’instar de Walter Hodge, Nicolas Lang et Amine Noua, Bandja Sy a participé aux 38 matchs officiels disputés jusqu’à présent par l’Asvel. Mais sa série pourrait s’interrompre ce dimanche face à Pau-Lacq-Orthez, son premier club professionnel, puisque l’ailier villeurbannais n’est pas rétabli de son entorse à la cheville gauche contractée dimanche dernier lors de la finale de la Leaders Cup perdue face à Monaco (91-95).

«Ça risque d’être short, car il n’a toujours pas repris l’entraînement», a annoncé ce vendredi J.D. Jackson. «J’espère le récupérer d’ici mercredi», a ajouté le coach villeurbannais, en référence au 8e de finale aller de la Champions League, qui verra sa formation se déplacer à Salonique (Grèce) pour affronter l’Aris, tombeur de Strasbourg au tour précédent.

Le champion de France, qui sera probablement encore privé de Charles Kahudi, en phase de reprise, apparaît néanmoins mieux loti que son éternel rival béarnais, qu’il retrouve une semaine après l’avoir facilement dominé en demi-finale de la Leaders Cup (94-80).

Des Béarnais sérieusement diminués

De fait, le groupe d’Eric Bartecheky est confronté à une cascade de blessures. Si D.J. Cooper (dos), Yannick Bokolo (tendon d’Achille), Ron Lewis (hanche) et Jean-Michel Mipoka (entorse) devraient pouvoir tenir leur place en serrant les dents, les forfaits d’Elie Okobo (fracture du cinquième métatarse), Léo Cavalière (entorse de la cheville) et d’Antywane Robinson (lésion au mollet) sont d’ores et déjà actés.

J.D. Jackson ne s’attend pas pour autant à affronter un adversaire résigné. «Lorsqu’une équipe est diminuée, ça lui enlève une certaine pression et les joueurs qui ont plus de responsabilités que d’habitude se décomplexent», souligne le coach franco-canadien, qui note par ailleurs l’arrivée au sein de l’effectif béarnais d’un «fort joueur», en la personne de Taqwa Pinero.

«Ce sera un match difficile, différent de la demi-finale de Leaders Cup, car Pau va s’ajuster, prévient DeMarcus Nelson. Ce serait donc une erreur de notre part de ne pas le préparer sérieusement», ajoute l’arrière américain.

D’autant que la «Green Team» se doit de confirmer sa bonne Leaders Cup et de renouer avec le succès en championnat, elle qui reste sur deux revers devant Nanterre (74-88) et à Gravelines (81-82).

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *