DeMarcus Nelson reconnaissant envers l’Asvel

DeMarcus Nelson

DeMarcus Nelson (crédit: Obuzzer)

Frappé par un deuil familial qui l’a retenu aux Etats-Unis durant deux semaines, l’arrière américain, désormais de retour, a apprécié l’attitude du club à son égard…

Tony Parker répète souvent que l’Asvel est une grande famille. DeMarcus Nelson a vérifié que ce ne sont pas des paroles en l’air. Il y a deux semaines, l’arrière américain a été autorisé à rentrer aux Etats-Unis pour se rendre au chevet de sa grand-mère paternelle, qui est malheureusement décédée. Jusqu’au bout, il a tenu à accompagner celle dont il était «très proche». «Lorsque j’étais enfant, nous habitions la même ville et elle venait assister à tous mes matchs», a-t-il confié ce mardi encore sous le coup de l’émotion.

Profondément bouleversé par cette disparition, DeMarcus Nelson loue l’attitude du club à son égard. «J’ai reçu beaucoup de soutien de la part de mes coéquipiers, du staff, de Tony. C’était important de voir que le club était présent à mes côtés durant cette épreuve», témoigne le Californien, qui a retrouvé ses partenaires, samedi, à Antibes, à sa descente d’avion. «J’étais censé rentrer un jour plus tôt. Je devais prendre l’avion le lendemain des obsèques de ma grand-mère. Mais j’ai appelé Tony pour lui dire que je ne me sentais pas bien et il a accepté que je diffère mon retour.»

On ne m’a pas laissé rentrer aux Etats-Unis pour la naissance de mon fils

Sa longue expérience lui a enseigné que tous les clubs ne traitent pas forcément leurs joueurs avec autant de considération, quelles que soient les épreuves que ceux-ci traversent dans leurs vies. «J’ai joué dans beaucoup de grands clubs où je m’attendais à un niveau de professionnalisme à la hauteur de la renommée de l’institution. Mais cela n’a pas souvent été le cas. L’un d’eux ne m’a d’ailleurs pas laissé rentrer aux Etats-Unis pour la naissance de mon fils», indique l’Américain, qui a préféré taire l’identité de ce club (Panathinaïkos?).

Désormais apaisé, DeMarcus Nelson se dit «prêt et motivé» à réintégrer l’effectif villeurbannais qui affronte ce mercredi Gran Canaria. Avec forcément une pensée pour celle qui l’a vu effectuer ses premiers dribbles.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *