Et si on se disait tout… Amara Sy ? (première partie)

A la veille d’affronter l’Asvel, son ancien club, pour l’ouverture de la saison 2016-2017, Amara Sy (Monaco) a accepté d’inaugurer cette rubrique dont l’objectif est de vous faire découvrir une facette un peu plus intime d’une personnalité du basket français…

Amara Sy

Amara Sy (crédit : Twitter officiel)

Quel est votre principal défaut ?

L’impatience. Mais ça dépend des situations.

Quelle est votre principale qualité ?

La gentillesse.

Qu’est-ce que votre femme dit de vous ?

Que je suis bordélique. C’est aussi un défaut. Mais c’est un bordel organisé !

Enfant, vous rêviez d’être ?

Policier ou agent secret. J’étais influencé par les séries américaines que je regardais dans les années 80. Mais j’ai vite changé en grandissant.

Quel est le métier que vous n’auriez pas aimé faire ?

Policier (rires) Non, je ne sais pas. J’ai arrêté de me poser la question depuis que je suis basketteur. Adolescent, je ne savais pas ce que je voulais faire. Mais il n’y a pas de métier que je m’interdisais. J’ai grandi avec des gens qui faisaient toutes sortes de métier. Tout le monde peut prendre du plaisir dans son activité.

Quel est votre juron ou gros mot favori ?

Putain.

Quel est votre «drogue» favorite ?

Ça dépend des périodes. En ce moment, ce sont les jeux vidéos, principalement de foot et de basket, afin de chambrer les collègues. Car je suis un gros chambreur.

D’ou vient votre surnom, l’Amiral ?

C’est l’organisateur du Quai 54 qui me l’a donné lors de la première édition (en 2002). Chaque participant devait avoir un surnom et comme je n’en avais pas, il m’a attribué celui-ci. Je l’ai conservé lorsque j’ai participé au Nike Battleground, en 2004. Et comme j’ai gagné le tournoi (vidéo à partir de 41’15), les gens ont continué à m’appeler ainsi. C’est un surnom que j’aime bien et qui me va bien.

En avez-vous d’autre ?

Amarouxx. C’est un ami d’enfance qui me l’a donné. Je ne sais pas pourquoi.

Si vous étiez un super héros ?

Superman ! C’est le plus fort car il sait tout faire.

Quelle est votre ville préférée ?

Cergy.

Quel est votre lieu de vacances idéal ?

Cergy (rires). Non, la Thaïlande.

Votre réseau social ?

Instagram ou Twitter. Instagram parce qu’on peut mettre de belles photos ou vidéos, même si je n’en poste pas beaucoup. Et Twitter pour les infos. On est au courant de tout ce qui se passe dans le monde presque en temps réel.

Un livre ?

«Rien que pour toi maman». C’est un livre publié il y a un an et demi par Samuel Nadeau, un ancien basketteur, dans lequel il raconte son parcours. On se connaît depuis tout jeune, mais j’ai appris beaucoup de choses en lisant son livre. Et cela m’a beaucoup ému. Depuis, je le respecte encore plus. Sinon, j’aime bien L’Alchimiste de Paulo Coelho.

Une émission de TV ?

Canal Football Club.

Une série TV ?

Il y en a beaucoup trop que j’apprécie ! En ce moment, je regarde Power. Sinon, si je devais citer une série cultissime, ce serait The Shield. Et ensuite The Wire, Breaking Bad et Gomorra.

Je suis allé en boîte avec Michael Jordan !

Quel est votre film culte ?

Scarface.

Un chanteur ou un groupe ?

Michael Jackson, tout simplement.

Quelle est la personnalité avec laquelle vous aimeriez passer une soirée ?

(Il réfléchit) Aucune. En fait si. Michael Jordan. Mais je l’ai déjà rencontré, à Paris, en 2006. J’avais été invité par Nike. On était allés au resto et en boîte !

Qu’est-ce que vous emporteriez sur une île déserte ?

Ma famille.

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

Avec ma famille, si Dieu le veut. Sinon, je me vois faire du business, dans le basket ou pas. Mais certainement pas entraîneur.

Retrouvez demain la seconde partie de l’entretien avec Amara Sy…

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *