«Joseph Gomis sera un vrai plus pour nous», affirme Gaëtan Müller

Joseph Gomis

Joseph Gomis aux côtés de Yohann Sangaré, le manager général de l’Asvel (crédit: Obuzzer)

Proche de la direction de l’Asvel, l’ancien meneur international renforce le staff technique jusqu’à la fin de la saison…

Un visage familier du basket français était présent ce vendredi sur le parquet de l’Astroballe. Celui de l’ancien meneur international Joseph Gomis (58 sélections de 2002 à 2009), retiré des parquets depuis deux ans et demi. A 39 ans, le Normand rejoint jusqu’à la fin de la saison le staff de l’Asvel, dirigé depuis le début de la semaine par T.J. Parker, où il aura notamment en charge le développement individuel des joueurs.

«T.J. était précieux dans ce domaine, mais avec ses nouvelles fonctions, nous voulions nous renforcer avec quelqu’un d’expérience, d’autant que nous avons des jeunes joueurs de talent qu’il faut continuer à perfectionner au quotidien, nous a confié Gaëtan Müller. C’est très dur de pouvoir allier à la fois les obligations professionnelles, c’est-à-dire les résultats, et en même temps de pouvoir s’assurer que l’on développe les joueurs, qu’on leur donne confiance d’un point de vue physique, technique et mental. Avec Joseph Gomis, nous avons la chance d’avoir ce profil assez unique d’un ancien joueur qui a une éthique de travail très forte, qui a gagné des titres et qui est donc respecté. Ce sera un vrai plus pour nous», affirme le président délégué de l’Asvel.

C’est un honneur de pouvoir faire partie de l’organisation de ce grand club

«Je suis content qu’il nous rejoigne, renchérit T.J. Parker. Jo est quelqu’un avec qui j’ai grandi lorsque j’allais assister aux matchs d’Evreux. Je l’ai toujours admiré. C’était un compétiteur qui était toujours à fond en défense», souligne le cadet des frères Parker.

Joseph Gomis est très proche de la direction du club villeurbannais, puisqu’il était le préparateur personnel de Nicolas Batum, qu’il a été le partenaire de Tony Parker et de Yohann Sangaré en équipe de France, mais aussi celui de Gaëtan Müller à Evreux (1998 à 2001). «Nous nous étions renseignés l’été dernier pour le faire venir, mais il était pris par d’autres obligations», indique Yohann Sangaré, le nouveau manager général de l’Asvel, au sujet de celui dont le nom avait été évoqué pour intégrer le staff du Paris Basket Avenir (N2).

Je n’étais pas assez bon pour jouer à l’Asvel

«J’ai effectivement eu des contacts avec ce club, mais ça ne s’est pas fait, déclare Joseph Gomis. Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir rebondir à l’Asvel. C’est un honneur de pouvoir faire partie de l’organisation de ce grand club et d’essayer de contribuer au développement des joueurs. C’est un domaine qui m’a toujours attiré, mais qui n’est pas assez développé en France», affirme celui qui a effectué l’essentiel de sa carrière en Espagne, évoluant successivement à Lugo (02-05), Valladolid (05-08) et Malaga (08-10). «C’est la raison pour laquelle je n’ai jamais eu de contacts avec l’Asvel lorsque j’étais joueur. Peut-être aussi parce que je n’étais pas assez bon», plaisante-t-il.

Néanmoins, c’est en France qu’il a bâti son palmarès, remportant la Coupe Korac avec Nancy en 2002 et l’EuroChallenge avec Nanterre en 2015. Vice-champion de France juniors en 1996, Joseph Gomis a également remporté le titre de champion de France en 2014 avec Limoges, où il effectuera son premier déplacement avec l’Asvel, mercredi prochain, en EuroCup. «Ce sera forcément particulier. J’ai vécu de bons moments à Limoges, où je me suis rendu il y a encore quelques jours suite au décès de Fred Forte. Limoges est une grande famille et je serai content d’y retourner.»

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *