Pourquoi le maire de Villeurbanne n’assiste plus aux matchs de l’Asvel à l’Astroballe

Jean-Paul Bret

Malgré leurs désaccords, Tony Parker et Jean-Paul Bret entretiennent des rapports « cordiaux » assure le maire de Villeurbanne (crédit viva-interactif.fr)

Jean-Paul Bret s’explique sur les raisons de son absence depuis le début de la saison…

Spectateur assidu des matchs de l’Asvel à l’Astroballe depuis son accession à la mairie de Villeurbanne en 2001, Jean-Paul Bret ne sera pas présent ce mardi pour la réception de Turk Telekom en Eurocup. Un évènement pas si anecdotique, dans la mesure où le premier magistrat de la ville ne s’est pas davantage déplacé pour assister aux trois premières rencontres à domicile des hommes de Tony Parker. «Il y a parfois des circonstances qui font que je ne peux pas me rendre à certains matchs, avance Jean-Paul Bret. Ce fut le cas la semaine dernière pour celui contre Trente, et ce sera encore le cas mardi puisque j’ai prévu d’assister à la première représentation de La Voix Humaine au TNP

Une faute technique et même antisportive par rapport à l’histoire du club

En revanche, son absence pour les matchs de championnat contre Antibes et Fos-sur-Mer a résulté d’un choix délibéré. «J’ai voulu manifester ma désapprobation par rapport à l’histoire des maillots», nous a-t-il confié. Le dirigeant socialiste ne cautionne pas le choix opéré par la direction du club d’abandonner la couleur verte historique au profit du blanc et du noir. Il s’en est ému publiquement, avant d’exprimer son désaccord lors d’une rencontre avec Tony Parker et Gaëtan Müller. «Je leur ai dit que c’était une faute technique et même antisportive par rapport à l’histoire du club

On ne va pas se faire une guerre picrocholine

Jean-Paul Bret se montre en revanche un peu plus conciliant avec les nouveaux aménagements réalisés à l’intérieur de l’Astroballe, où les sièges sont désormais recouverts de housses noires et grises. «Le club nous verse 150 000 € pour la location de la salle. Je ne vais pas lui interdire de mettre des housses. En revanche, la décision de repeindre les portes, par exemple, ne pourra pas être prise de façon unilatérale», prévient l’édile, qui affirme entretenir des rapports «cordiaux» avec les dirigeants du club. «On ne va pas se faire une guerre picrocholine (NDLR: conflit entre des personnes ou des institutions dont les causes paraissent obscures, dérisoires ou ridicules)», lance-t-il, avant d’ajouter que le soutien de la municipalité villeurbannaise pour son club phare ne saurait être remis en cause (près de 1,3 M€ de subventions dont 500 000 € versés à la SASP). «Je fais la différence entre marquer ma désapprobation et faire un blocage

Je pense que les Limougeauds vont jouer en vert. J’aurais donc beaucoup de plaisir à les voir

C’est pourquoi il n’envisage pas de prolonger éternellement son boycott. «Ce ne serait pas très productif», souligne Jean-Paul Bret. Ainsi, son retour à l’Astroballe devrait avoir lieu ce dimanche à l’occasion du choc face au CSP Limoges. «Je pense que les Limougeauds vont jouer en vert. J’aurais donc beaucoup de plaisir à les voir», glisse-t-il malicieusement, tout en espérant que cette couleur retrouve prochainement sa place sur les maillots de l’Asvel. «Tony Parker m’a dit qu’on pourrait en rediscuter l’année prochaine», révèle d’ailleurs Jean-Paul Bret.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *