A.J. Slaughter : «Quand vous recevez un appel de Tony Parker…»

A.J. Slaughter

A.J. Slaughter samedi dernier face à Cholet (crédit: Obuzzer)

Recruté cet été par l’Asvel, A.J. Slaughter (30 ans) n’a pu participer aux deux premières journées de championnat en raison d’une béquille à la cuisse droite, contractée avec la sélection polonaise lors de l’Eurobasket. Revenu à la compétition samedi dernier contre Cholet (77-59), l’ancien arrière de Strasbourg est désormais pleinement opérationnel, déterminé à aider sa nouvelle formation pour conquérir le titre de champion de France, qui s’est refusé à lui la saison dernière avec la SIG

Comment avez-vous vécu vos premiers pas avec l’Asvel la semaine dernière contre Cholet?

J’ai été très heureux de retrouver le terrain et de pouvoir jouer avec ma nouvelle équipe. Ça m’a aussi permis de me familiariser avec de nouveaux systèmes de jeu.

Comment vous sentez-vous physiquement?

De mieux en mieux. Je suis pratiquement à 100 %. Cette semaine, j’ai pu participer à tous les entraînements, tout en continuant les soins avec Yohann Casin [le kiné du club].

L’Eurobasket n’est donc plus qu’un mauvais souvenir…

Ce fut une déception de terminer la compétition sur une blessure, d’autant que l’équipe nationale m’a toujours bien traité lors des trois dernières campagnes auxquelles j’ai participé.

A ce propos, comment voyez-vous votre avenir avec la sélection polonaise?

Je n’ai pas encore pris de décision pour la suite.

Je suis excité de pouvoir évoluer aux côtés d’un joueur du calibre de John Roberson

Avec votre passeport polonais, vous avez certainement dû susciter l’intérêt de nombreux clubs européens durant l’intersaison. Pourquoi avez-vous privilégié la proposition de l’Asvel?

Je connais bien le championnat de France et je sais que l’Asvel est le club le plus renommé de la LNB. Alors quand vous recevez un appel de Tony Parker qui vous propose de faire partie de la famille pour les deux prochaines années, vous ne pouvez pas espérer mieux.

C’est la première fois que vous vous engagez deux ans avec un club…

Pas vraiment parce que j’avais signé deux ans à Chalon [en 2013], mais j’avais une clause à l’issue de la première année [il a rejoint le Panathinaïkos en 2014].

Qu’attendez-vous de cette première saison à Villeurbanne?

Je suis venu à l’Asvel pour gagner le titre de champion de France. Nous avons le potentiel pour y parvenir dès cette année. J’en ai été très proche la saison dernière avec Strasbourg et je suis resté sur ma faim.

Comment envisagez-vous votre association avec John Roberson?

C’est un grand joueur, qui est capable de scorer mais aussi de faire jouer les autres. Je suis excité de pouvoir évoluer aux côtés d’un joueur de ce calibre.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *