Trois chiffres qui ne rassurent pas avant le match de l’Asvel à Dijon

Dijon Asvel

La saison dernière, l’Asvel de Trenton Meacham avait sombré à Dijon (crédit : Twitter JDA Dijon)

Le palais des sports Jean-Michel Geoffroy est la salle qui a le moins bien réussi à l’Asvel ces dernières années. La preuve en chiffres…

C’est l’un des plus courts déplacements de la saison. Mais c’est peut-être celui que l’Asvel redoute le plus. «C’est un défi», prévient J.D. Jackson avant de rendre visite, ce vendredi, à la JDA Dijon. «C’est une équipe qui propose un jeu ultra fermé, ultra physique. Il faut avoir du temps pour préparer ce match.» Les Villeurbannais n’en ont pas eu le loisir, eux qui sont rentrés mercredi en fin de journée de Radom (Pologne), où ils se sont imposés la veille en Champions League (63-83). «Nous ne sommes pas prêts», insiste le coach villeurbannais. Et de pester, une nouvelle fois, contre les «incohérences du calendrier.» «Nous avons insisté auprès de la JDA pour jouer le match samedi. Mais ils n’ont rien voulu lâcher. La salle n’est soit disant pas disponible, mais nous savons par une source que ce n’est pas vrai», affirme-t-il. Les Bourguignons ont donc «toutes les raisons d’être confiants», ajoute J.D. Jackson. Le passé plaide d’ailleurs en leur faveur.

7

Le nombre de revers subis par l’Asvel à Dijon depuis le retour le retour de la JDA en Pro A. Ces sept défaites ont été concédées dans trois compétitions différentes : en championnat (5), en Coupe de France (1) et en Eurocup (1). Le dernier succès villeurbannais en terre bourguignonne remonte au 11 mai 2010. Ce soir-là, les deux clubs s’étaient affrontés dans le cadre de la dernière journée de la phase régulière du championnat. La «Green Team», alors championne de France en titre, s’était largement imposée (57-85) devant des Dijonnais condamnés à la relégation. Clin d’oeil de l’histoire, Vincent Collet avait remporté le duel des coachs qui l’opposait à Henrik Dettmann, auquel il a récemment succédé à Strasbourg !

60,8

La moyenne de points inscrits par l’Asvel lors de ses sept derniers déplacements à Dijon. Le club villeurbannais a touché le fond la saison dernière, en étant contenu sous la barre des 50 points (49), ce qui ne lui était plus arrivé en championnat depuis une déroute à Limoges, le 5 décembre 1992 (77-44) !

11,7

L’écart moyen avec lequel la JDA a remporté ses sept succès consécutifs face à l’Asvel. Les trois dernières rencontres ont même tourné à la démonstration, puisque les Bourguignons se sont imposés successivement de 15 (86-71), 17 (75-58) et 23 points (72-49). Ce dernier résultat figure d’ailleurs dans le Top 20 des plus larges défaites concédées par l’Asvel en championnat. «Nous avions subi de A à Z, rappelle J.D. Jackson. Or, contre Dijon, il faut être prêt à aller à la guerre», recommande le coach franco-canadien.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *