Vidéo: Yohann Sangaré sort de sa retraite !

Yohann Sangaré

Yohann Sangaré (crédit : Obuzzer)

Un an et demi après avoir mis un terme à sa carrière, l’ancien meneur international a repris du service avec l’Asvel…

Rassurez-vous, vous n’avez pas manqué un épisode de l’actualité du champion de France en titre. Bien que privé de Trenton Meacham pour encore quelques semaines, J.D. Jackson n’a pas sollicité Yohann Sangaré (33 ans) pour renforcer son effectif.

Un an et demi après avoir disputé son dernier match professionnel avec l’Asvel, l’ancien meneur international (18 sélections) a pourtant bel et bien repris du service sous le maillot villeurbannais, mais avec l’équipe 2 qui évolue en pré-régionale, soit le premier niveau départemental. «Comme je voulais reprendre une activité physique après avoir coupé la saison dernière, autant continuer à pratiquer le sport qui me passionne», explique Yohann Sangaré, désormais directeur de l’association de l’Asvel.

Avec T.J. Parker comme coéquipier

Le triple All-Star n’est pas la seule attraction de l’équipe. Celle-ci compte en effet dans ses rangs T.J. Parker, champion de France avec Nancy en 2008 et assistant de J.D. Jackson, mais aussi Anthony Brossard, le coach des espoirs de l’Asvel, et Alexis Lefebvre, chargé de développement du club villeurbannais et ancien espoir à Rouen. «Ça nous tenait à coeur de jouer ensemble et de faire partager notre expérience aux plus jeunes, souligne Yohann Sangaré. C’est top de pouvoir le faire à l’Asvel.»

C’est aussi une belle source de motivation pour les adversaires, même si certains ont fait preuve de défiance à l’égard de Yohann Sangaré. «Au départ, ils n’étaient pas super accueillants. Je pense qu’ils avaient peur que je sois arrogant. Mais ils se sont rendus compte que je suis quelqu’un de simple, qui ne se prend pas la tête.»

Tant que je prendrai du plaisir, je continuerai à jouer

Ça ne l’empêche pas pour autant de chambrer son vis-à-vis ou le public, comme on a pu le constater dimanche dernier lors du match remporté face à l’Eveil de Lyon (90-60). «Le trash-talking fait partie du basket. C’est ce qui met un peu de piment aux matchs. Je chambre, mais sans être méchant», indique Yohann Sangaré, qui affirme prendre «beaucoup de plaisir à jouer.» « Ça me rappelle l’époque où j’ai débuté le basket. Je joue juste pour l’envie de jouer, sans pression.»

Mais l’esprit de compétition demeure. Deuxième de son championnat, l’équipe 2 de l’Asvel reçoit la réserve de Tarare, ce dimanche (10 h 15) au gymnase des Brosses, dans le choc au sommet de la 7e journée. «Nous serons motivés pour être les premiers à battre le leader», témoigne Yohann Sangaré, qui souhaite que l’équipe progresse de plusieurs échelons dans les années à venir. «Ça permetrait ainsi à nos jeunes qui ne peuvent pas passer pro et qui souhaitent rester au club d’évoluer à un bon niveau.» Il envisage par conséquent de les accompagner encore quelques années. «Tant que je prendrai du plaisir, je continuerai à jouer. Comme quand j’étais pro», conclut-il.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *